06/11/2020 | Le Bureau Export Paris

USA | TikTok durcit le ton face à la concurrence américaine

En sursis aux États-Unis, l’application chinoise TikTok est accusée d’une violation de brevet par son rival américain Triller. L’entreprise de ByteDance a décidé de répondre par un procès. Dans le même temps, TikTok se positionne face aux majors en vue de renforcer son catalogue. 

Nouveau rebondissement concernant le bannissement de TikTok aux États-Unis : l’hébergeur de vidéos chinois, soupçonné de transmettre des informations sensibles sur ses utilisateurs, avait déjà repoussé son expulsion du sol américain au 12 novembre 2020. Pourtant, début novembre, la juge de Pennsylvanie Wendy Beetlestone a empêché une nouvelle fois le ministère du Commerce d’appliquer sa sanction, au nom du besoin d’expression des 100 millions d’utilisateurs américains de la plateforme.

Les tensions autour de TikTok aux États-Unis s’accompagnent d’un durcissement de ton de la part de l’application. D’abord ouvert à un accord avec Walmart et Oracle impliquant davantage de contrôle américain sur son capital, le groupe a essuyé un refus de ses propositions par le gouvernement. Pour ByteDance, le maintien d’un bannissement de sa marque fille au 12 novembre serait synonyme de son retrait permanent sur ce marché.

TikTok face à la concurrence américaine

Face à la concurrence américaine, TikTok adopte également un positionnement offensif. Accusée en juillet d’une violation de brevet par son rival Triller au sujet d’une fonctionnalité de synchronisation de plusieurs vidéos sur un même morceau, l’entreprise a décidé de régler la question en justice. Ici aussi, l’origine chinoise du programme inquiète. Au sujet de cette réponse tardive de TikTok, le PDG de Triller Mike Lu déclare :

« Tout ceci n’est rien d’autre qu’une tentative assumée de manipulation du système légal des États-Unis par un conglomérat chinois de dizaines de milliers d’employés qui ne répond ni de ses violations, ni des plaintes de Triller. Ils essayent plutôt de faire traîner la justice pour pouvoir continuer à voler des IP et de la technologie. »

Dans le même temps, TikTok consolide sa marque auprès des labels phares de la consommation musicale américaine. Après ses accords passés avec Merlin et Believe, regroupant de nombreux indépendants, l’application signe un accord lui permettant d’exploiter le catalogue de Sony. En effet, la plateforme a contribué au succès de plusieurs titres de la major, dont « Say So » de Doja Cat ou « Mood » de 24kGoldn. D’autres arrangements avec Warner et Universal seraient à venir.