Charts
05/10/2020 | Le Bureau Export Paris

USA | Sondage : Le secteur de la musique live inquiet face à la pandémie

Le secteur de la musique live aux Etats-Unis tente de s’inventer un futur alors que les mesures sanitaires empêchent toujours les professionnels de monter des tournées : les salles restent pour la plupart fermées et les programmes d’aides se font attendre.

Les acteurs du secteur tentent de se projeter dans un scénario où ils pourront de nouveau ouvrir leurs portes et organiser des tournées, mais le plus important sera de tenir jusqu’à ce que la situation redevienne normale. Telles sont les conclusions d’un sondage effectué par le magazine américain Pollstar auprès de plus de 1 350 professionnels de l’industrie en direct qui ont participé à une l’enquête sur l’état de l’industrie en 2020.

L’année avait pourtant bien commencé, avec un premier trimestre record, qui a vu les revenus des 100 principales tournées augmenter de 10,9% par rapport au record de 2019 pour atteindre 840 millions de dollars, et des ventes de billets en hausse de 4,5% à 9,4 millions dans le monde. Sur la base du taux de croissance du premier trimestre, Pollstar a projeté que les pertes totales du secteur atteindraient quelque 8,9 milliards de dollars pour 2020.

L’étude sur l’état de l’industrie 2020 a été menée entre le 23 août et le 7 septembre. Elle comporte trois sections principales. La première examine la façon dont l’industrie du live gère le quotidien pendant la pandémie et la crise économique ; la seconde tente de dessiner à quoi ressemblera le retour à la normale ; et la troisième se penche sur les problèmes sociaux, l’inclusivité et la diversité au sein de l’industrie.

Près d’un quart de l’échantillon, soit 24 %, travaille dans le secteur des salles, viennent ensuite les promoteurs et les acheteurs de talent (17,4% des sondés), les services de soutien à la production (16%), puis, dans une mesure à peu près égale, les agents et managers qui représentent chacun environ 10%, et 11% entrent dans la catégorie «autre».

A la question « Quand pensez-vous que l’industrie reviendra à sa pleine capacité? », 54,7% des personnes interrogées pensent que cela se passera en 2021, mais plutôt au troisième ou dernier trimestre de l’année, contre 30,6% qui disent que le retour ne se produira pas avant 2022. Seuls 2% pensent que les affaires vont reprendre au premier trimestre 2020.

L’enquête indique également que la majorité des professionnels du secteur veulent retourner au travail dès maintenant, avec 60% des personnes interrogées déclarant qu’elles seraient partantes pour retourner sur leur lieu de travail immédiatement si les directives en matière de santé étaient suivies. Une minorité (17,6%) a déclaré vouloir travailler maintenant sans condition, tandis que 31,33% déclarent ne pas vouloir retourner au travail tant que la pandémie ne sera pas sous contrôle.

Une vaste majorité des sondés, 72,4 %, ont exprimé leur « inquiétude quant à la capacité de leur entreprise à survivre à la COVID-19 », avec 31,2% déclarant qu’ils pourraient tenir encore 10 à 12 mois si « les conditions commerciales ne changent pas », tandis que 23,9% se donnent 4 a 6 mois, et 13,7% pas plus de 1 à 3 mois. Plus d’un tiers, ou 37% des sondés, disent qu’ils seront en faillite dans six mois ou moins. Coté propriétaires ou gestionnaires de salles, 67,4% indiquent avoir perdu entre 76% et 100% de leur activité en raison de la pandémie.

Pour surmonter la situation, 38,6% des répondants ont déclaré avoir contracté une « dette importante » à la suite de la pandémie, alors que 61,3% ne l’ont pas fait. En outre, 56,2% disent avoir demandé ou reçu une aide gouvernementale telle que les fonds du Payroll Protection Program (programme de protection des salaires).

Face à l’arrêt de leur activité, 49,6% ont déclaré avoir reçu une forme d’indemnité de chômage, 30% ont reporté le paiement de factures, 28,9% ont reçu des prêts à faible taux d’intérêt, 21% ont suspendu le remboursement de prêts ou de leur hypothèque, et 13,8% ont vendu des actifs. Près d’un quart, soit 23%, ont coché la case « autre » pour expliquer quelles méthodes ils ont utilisé pour rester à flot.

Interrogés sur leurs plus grandes préoccupations pour l’avenir, une majorité (66,5%) déclare craindre une hausse des couts de production des spectacles tandis que 63% se demandent si les fans reprendront le chemin des grands rassemblements, et 45,6% craignent que les fans ne puissent pas se payer des billets. Plus inquiétant, 44,2% des sondés pensent que les grands rassemblements tels que festivals et concerts dans les stades n’auront plus lieu, et 42% pensent que ça sera aussi le cas des spectacles dans les grandes salles (Arenas).

Les professionnels estiment que la façon d’organiser les concerts va aussi changer pour prendre en compte la situation sanitaire. Une majorité des personnes interrogées estiment qu’il y aura quatre domaines clés de changement : la généralisation de protocoles de désinfection (91,5%), le recours aux technologies de paiement sans argent liquide/sans contact (84,2%), le dépistage des participants aux événements live (80,1%) et la réduction des capacités en raison de la distanciation sociale (72%).

Quant à la question de savoir qui devra supporter les surcoûts liés à la mise en place de toutes ces mesures, une majorité écrasante de 81,2% affirme que les charges additionnelles devraient être réparties entre les promoteurs, les artistes, les salles, les consommateurs et les municipalités.

Quant au livestreaming, seulement 7,9% pensent que la pratique continuera à être un moyen privilégié pour les fans de consommer de la musique live après le retour des spectacles, tandis que 48,5% pensent que ce ne sera pas un facteur important, et 43,6% estiment que l’industrie du futur sera hybride avec des événements en direct dans les salles ou les stades et en streaming live.

En conclusion, Pollstar note que le secteur n’a pas cessé d’innover durant la crise, avec la mise en place de protocoles sanitaires prêts à être activés utilisant des technologies permettant d’assurer la sécurité sanitaire des consommateurs, le recours aux plates-formes de diffusion en live, l’utilisation de tests de plus en plus rapides et abordables, des lecteurs thermiques, des algorithmes de billetterie permettant de respecter la distance sociale dans les lieux de concerts, des systèmes de paiement sans contact, parmi d’autres innovation. « À l’avenir, ces innovations et d’autres feront partie intégrante d’une industrie remodelée », affirme Pollstar.

L’enquête complète sera disponible sur Pollstar.com et VenuesNow.com.