05/10/2020 | Le Bureau Export Paris

UK | UK Music demande au gouvernment britannique d’agir sur la question des visas pour les USA

Le groupe de travail de l’industrie de la musique sur les visas en Grande-Bretagne a envoyé une lettre ouverte au secrétaire d’État au Commerce international, la députée Liz Truss, demandant au gouvernement britannique de faire pression sur ses homologues américains pour qu’ils modifient leur politique sur les visas pour les artistes.

Le département américain de la sécurité intérieure (DHS) avait annoncé en septembre les nouveaux tarifs appliqués des visas destinés aux artistes qui souhaitent tourner aux États-Unis, avec des hausses de plus de 50% pour l’acquisition des visas (O) et (P), effectives à compter du 2 octobre 2020.

Dans leur lettre, envoyée sous l’égide de UK Music, l’organisation ombrelle du secteur de la musique britannique, 15 organisations demandent à ce que les gouvernements britanniques obtiennent des américains une révision de leurs procédures bureaucratiques sur les visas, travaillent avec des organisations américaines à but non lucratif telles que Tamizdat et Artists From Abroad et apportent des changements qui rendent le processus de visa plus accessible, afin de promouvoir les échanges culturels.

« Les musiciens britanniques désireux de travailler aux États-Unis ont, depuis le début des années 1990, lorsque les classifications (O) et (P) ont été introduites, que jouer aux États-Unis était une entreprise de plus en plus coûteuse et précaire, indique Dave Webster, coordinateur national de la Musician’s Union (syndicat des musiciens) et président du groupe de travail. Cette récente augmentation des frais de dépôt des dossiers alourdit encore les coûts, qui dépassent déjà les moyens de nombreux musiciens. »

Tamizdat, un groupe d’avocats spécialisés en immigration basés aux États-Unis, encourage la communauté culturelle internationale « à se souvenir que cette augmentation des frais de dossiers n’est qu’une petite partie d’un problème beaucoup plus important, car depuis le début des années 90, le coût effectif moyen d’obtention d’un visa pour un artiste étranger a augmenté de plus de 2 000% ».

Pour Tom Kiehl, PDG par intérim de UK Music (en photo), il existe désormais « un risque réel que ces augmentations contribuent à rendre les tournées américaines non viables dans ce qui est déjà une période extrêmement difficile pour l’industrie musicale britannique. Le gouvernement britannique doit donner la priorité à l’élimination des obstacles au commerce pour les musiciens en tournée dans un futur accord commercial entre les États-Unis et le Royaume-Uni ».

Tom Kiehl, PDG par intérim de UK Music

Le groupe de travail de l’industrie de la musique sur les visas a été mis en place en 2016 pour regrouper les parties prenantes du secteur de la musique afin de fournir un réseau de soutien et constituer un groupe de lobbying pour résoudre les problèmes liés aux musiciens britanniques travaillant aux États-Unis.

Photo : Ethan Wilkinson via Unsplash