14/09/2020 | Le Bureau Export Paris

USA | Hausse de 5.6% du marché de la musique enregistrée au 1er semestre 2020

Au premier semestre 2020, les revenus de la musique enregistrée aux États-Unis ont augmenté de 5,6% pour atteindre 5,7 milliards de dollars (valeur au détail) ou 3,7 milliards de dollars (valeur de gros), selon les chiffres publiés par la Recording Industry Association of America.

Le streaming a fait effet de catalyseur du marché lors du confinement, avec une part de marché de 85% en valeur, contre 80% pour la période similaire de 2019. Pour Josh Friedlander, responsable des études de la RIAA, malgré la pandémie, le marché américain « a poursuivi les tendances de croissance positive des dernières années. »

« Les tendances entre le premier et le deuxième trimestre de 2020 étaient différentes » , ajoute-t-il, « car les fermetures de magasins, les annulations de tournées et les autres conséquences de la Covid-19 ont affecté l’industrie de la musique de manière importante. »

2020 Mid-Year Music Industry Revenue Report | RIAA

Les revenus de la musique provenant du streaming ont augmenté de 12% pour atteindre 4,8md$  au premier semestre 2020. Cette catégorie comprend les revenus des services de streaming par abonnement, tels que les versions payantes de Spotify, Apple Music, Amazon et d’autres, des services de radio numériques, y compris les revenus distribués par la société de gestion de droits voisins SoundExchange, dont les revenus proviennent de services tels que Pandora, SiriusXM et d’autres radios en ligne, ainsi que des services de streaming à la demande financés par la publicité (dont YouTube et Vevo).

Les revenus provenant des abonnements payants ont augmenté de 14% à 3,8md$, et représentent 67% des revenus totaux pour le premier semestre de 2020 et 79% des revenus totaux de streaming. Les services financés par la publicité n’ont compté que pour 21% des revenus du streaming et 7% des revenus totaux (421m$, en hausse de 3% par rapport à l’année précédente). Cette dernière catégorie, qui avait connu une croissance à deux chiffres au cours des précédentes années, a été considérablement impactée par la baisses des recettes publicitaires en raison de la Covid-19 bien que le volume de musique consommée sur ces plateformes ait continué de croître pendant la période.

Selon la RIAA, le nombre d’abonnements payants a continué d’augmenter rapidement au cours du semestre avec un nombre moyen d’abonnements de l’ordre de 72 millions, en hausse de 24% par rapport à la moyenne du premier semestre 2019. Pour Josh Friedlander, cela correspond à une augmentation du nombre d’abonnements de l’ordre d’un million net par mois en moyenne.

Les revenus de la musique en streaming à la demande financéé par la publicité (provenant de services tels que YouTube, Vevo et la version de Spotify financée par la publicité) ont augmenté de 3% d’une année sur l’autre pour atteindre 421 millions de dollars au 1er semestre 2020. Les revenus de la catégorie ont augmenté à des taux similaires au premier trimestre 2020, mais pour le deuxième trimestre, ils reflétaient une baisse en pourcentage à deux chiffres par rapport à la même période de l’année précédente. La catégorie ne représentait que 7% du chiffre d’affaires total au 1er semestre 2020, bien que sur la base des rapports de MRC Data et Alpha Data, le nombre de streams a continué de croître pendant la période et s’est chiffré à des centaines de milliards.

La part de marché du téléchargement numérique a continué de baisser au premier semestre 2020, passant de 8% à 6% du total des revenus (351m$, en baisse de 22% par rapport au premier semestre de 2019).

Les revenus des produits physiques ont atteint 376m$, en baisse de 23% d’une année sur l’autre. Le confinement, selon Josh Friedlander, a eu un impact direct sur les disquaires et sur le merchandising des concerts, qui s’est traduit par une baisse au second trimestre 2020 beaucoup plus importante qu’au premier trimestre.

De même, les revenus provenant des ventes d’albums vinyles avaient augmenté au premier trimestre, mais on chuté au second. La hausse pour le semestre est de 4% pour des revenus de l’ordre de 232m$ (soit 4% du total des ventes). Le vinyle représentait 62% des revenus physiques totaux. C’est la première fois depuis les années 1980 que les revenus du vinyle dépassent ceux du CD.