20/07/2020 | Le Bureau Export Paris

Canada | La consommation audio en hausse malgré la pandémie

La consommation totale de musique enregistrée a augmenté de 5,7% par rapport à l’année précédente selon le rapport semestriel sur le marché canadien de la musique de Nielsen Music / MRC Data. 

La consommation totale de musique enregistrée canadienne a augmenté de 10,8% au cours des dix premières semaines de 2020 puis s’est effondrée à partir du mois de mars. Le Canada enregistre une importante diminution des ventes totales d’albums au premier semestre 2020, s’évaluant à une perte de 38,4% soit 3,1 millions d’unités pour le numérique et le physique combinés, et un baisse de 26,6% des ventes de titres numériques. Le marché du vinyle auparavant dynamique s’est lui aussi effondré avec des ventes qui chutent de 26% au premier semestre de cette année pour s’établir à 311 000 unités.

Néanmoins, le rapport de Nielsen Music / MRC Data montre que la consommation audio totale a augmenté de 5,7% au Canada au premier semestre de 2020. Cette hausse, en grande partie due au streaming a ainsi permis de compenser les pertes en ventes physiques. Le calcul de la consommation audio est basé sur une formule de la firme de recherche qui combine album et ventes de pistes avec le streaming audio. Selon ces données, les canadiens comptabilisent 42,2 milliards de streams au premier semestre de cette année, soit 16,7% de plus que l’année précédente.

Certaines données se révèlent particulièrement représentatives de la période. Les chansons « This is America » de Childish Gambino, « Alright » de Kendrick Lamar ou « Keep Ya Head Up » de Tupac, qui évoquent les injustices envers la communauté noire, ont vu leur nombre d’écoutes en streaming augmenter de respectivement 278,6%, 271% et 136.6% entre la semaine du 22 au 27 mai et celle du 28 mai au 4 juin marquées par la mort de Georges Floyd et la montée du mouvement Black Lives Matter. De plus, au Canada comme ailleurs dans le monde, le coronavirus a déclenché une croissance des écoutes de backcatalog qui s’explique non seulement par les conséquences directes de la pandémie (report de nouvelles sorties, annulation de concert…) mais aussi par le fait que les fans de musique se réfugient dans les musiques qu’ils connaissent par « confort ». Cette catégorie représentait 62% de la consommation totale au Canada au cours des six premiers mois de 2020, contre 59% il y a un an.

Le rapport en intégralité est disponible ici.