08/06/2020 | Le Bureau Export Paris

UK | Perceptions record pour PPL en 2019

La société de gestion des droits voisins britannique PPL a perçu un total de 271,8 millions de livres sterling (305 millions €) en 2019 pour le compte des ses membres artistes-interprètes et producteurs phonographiques, une hausse de 10% (ou 25 millions de livres) par rapport à l’année précédente.

PPL attribue ces bons résultats à la hausse de trois de ses principales sources de revenus :

  • La rémunération équitable : perçue pour l’utilisation de musique enregistrée par les radios et télévisions ainsi que les usages en ligne, elle a généré des revenus en hausse de 2% soit 85,5 millions de livres sterling. Pour la radio, cette croissance est due en partie à une augmentation des revenus publicitaires du secteur de la radio commerciale et à une augmentation du nombre de petits radiodiffuseurs et sites faisant du webcasting en ligne. Par ailleurs, PPL a signé en 2019 d’importants accords de licence à long terme avec des diffuseurs publics et commerciaux et des distributeurs de programmes de télévision.
  • L’usage de musique dans les lieux sonorisés et les droits d’exécution provenant de sonorisateurs : ils ont connu une hausse de 8% à 99,6 millions de livres sterling. Ces revenus ont été perçus pour la deuxième année consécutive par PPL PRS Ltd, la joint-venture mise en place avec la société d’auteurs britannique PRS for Music pour délivrer une licence commune d’exploitation des œuvres et des enregistrements (TheMusicLicence). PPL note que la collaboration étroite entre ces sociétés a permis à davantage de clients de souscrire à TheMusicLicence au cours de l’année.
  • Les perceptions en provenance de l’international : elles ont cru de 22% et représentent 86,7 millions de livres sterling, contre £70,9 millions en 2018. Selon PPL, cette hausse est due à une augmentation des perceptions liées au répertoire représenté par PPL (essentiellement abondé par les artistes-interprètes) en provenance d’un certain nombre de sociétés de gestion collective, notamment en Allemagne, en France, aux USA et aux Pays-Bas. PPL a également reçu pour la première fois des perceptions venant de territoires en Afrique et en Amérique Latine. PPL compte désormais plus de 95 accords internationaux avec des sociétés similaires dans le monde, en particulier avec la SCPP, la SPPF, l’Adami et la Spedidam en France. En 2019, six nouveaux accords bilatéraux ont été signés avec des sociétés de gestion collective en Asie, en Europe et en Amérique du Nord.

En 2019, PPL a réparti des droits à plus de 108 000 artistes-interprètes et 11 000 ayants-droit contre 94 000 artistes-interprètes et 10 000 ayants-droit en 2018. Il est à noter que contrairement à la France ou l’Allemagne, PPL ne perçoit pas de rémunération au titre de la copie privée, mécanisme qui n’existe pas en Grande-Bretagne.

PPL indique que les revenus perçus en 2019 continuent de représenter une importante source de revenus pour ses ses membres. En particulier, dans le contexte du Covid-19, PPL a réparti au premier trimestre 2020 la somme record de £87,6 millions et la société a également payé £23,9 millions en avril, au titre d’avance sur sa répartition de juin afin de soutenir la trésorerie de ses membres.

« 2019 a été une année positive pour PPL, car nous avons enregistré des revenus record et réparti des droits à plus d’artistes et ayants-droit que jamais auparavant », souligne Peter Leathem, président-directeur général de PPL. « Un tel succès profite à la communauté de plus en plus nombreuse que nous représentons au Royaume-Uni et à l’étranger. La force de nos perceptions et de nos activités commerciales a permis à PPL de prendre des mesures supplémentaires pour aider nos membres et la communauté musicale au sens large pendant la crise actuelle. En outre, nous avons apporté et continuerons à apporter un certain nombre de contributions aux fonds de soutien de l’industrie afin d’aider ceux qui en ont le plus besoin pendant ces périodes difficiles. »