08/06/2020 | Le Bureau Export Paris

Afrique | Le rapport de la Fondation Music in Africa sur l’impact financier du Covid-19

La Fondation Music in Africa (MIAF) a publié un rapport évaluant l’impact financier de la pandémie sur les professionnels de la musique en Afrique, depuis la mise en place de restrictions sur le continent au 1er mars 2020 environ. Il donne également un aperçu des besoins immédiats des acteurs lésés et livre conseils et recommandations aux opérateurs du secteur.

Le rapport, qui représente plusieurs secteurs de l’industrie musicale africaine, est fondé sur une enquête en ligne à laquelle ont participé 503 répondants de 47 pays, ainsi que des consultations dans l’industrie et des études de cas en Afrique francophone et anglophone. Les données ont été collectées sur une période d’un mois, du 1er au 30 avril 2020.

L’enquête révèle que la pandémie a « un impact dévastateur sur le secteur » et l’ensemble des répondants a déclaré l’enregistrement de pertes depuis le début de la crise. 40% des professionnels ont déclaré des pertes allant de 1 000 $ à 5 000 $, et certaines organisations ont signalé des pertes supérieures à 1 million de dollars. 64% des personnes et 70% des organisations et des entreprises ont indiqué ne pas avoir d’autres sources de revenus. Une grande majorité des répondants (87%) a besoin d’aide pour survivre et ces aides pourraient selon eux prendre la forme de subventions et dons de la part des organismes qui octroient les subvention habituellement (pour 31% des répondants), des fonds d’aides et subventions gouvernementales (pour 22% des répondants) mais aussi de l’intervention du secteur privé (pour 13%), de programmes de renforcement des capacités, des avances et mesures de soutien de la part des sociétés de gestion collectives.

Les recommandations du rapport quant aux stratégies à mettre en œuvre pour faire face à la crise actuelle et pour l’avenir ont été élaborées par un certain nombre de professionnels de l’industrie de la musique en réaction aux résultats de l’enquête. Parmi les recommandations, le développement de nouveaux contenus sur les réseaux sociaux pour compenser les lives afin de rester connecté à son public reviennent régulièrement.

Retrouvez le rapport complet ici