piliers allemands
11/05/2020 | Le Bureau Export Berlin

Allemagne | La filière demande des aides non remboursables à hauteur de 10% de ses pertes

Un communiqué de presse en date du 6 mai 2020 signé par les organisations de représentation de la filière et les OGC allemandes chiffre les demandes de fonds supplémentaires au gouvernement détaillées par secteur. Le montant total de ces demandes atteint 582 millions ce qui correspond à 10% de la perte de chiffre d’affaires anticipée par les différents secteurs de la filière musicale.

« Chacun doit savoir que la préservation de la diversité de notre offre culturelle et musicale est actuellement en jeu » alarme Jens Michow, président du BDKV (équivalent allemand du Prodiss). Une partie importante du tissu entrepreneurial de la filière musicale allemande voit son existence menacée par des pertes substantielles de chiffre d’affaires, qui atteindraient un montant total d’environ 5,5 milliards d’euros selon les calculs conjoints des OGC et organismes de représentation. La moitié des artistes, auteurs et entreprises de l’industrie serait menacée d’insolvabilité d’ici à la fin de l’année 2020 sans fonds supplémentaires. Les signataires du communiqué saluent l’ampleur des aides déjà décidées par l’État allemand mais regrettent qu’une partie conséquente des acteurs de la filière musicale ne soit pas ou peu concernée par celles-ci.

Le marché de la musique a la caractéristique particulière d’avoir des acteurs fortement imbriqués dans des chaînes d’activité communes, ce qui rend les revenus d’un secteur dépendants de la solvabilité des autres. Cet aspect nécessite une réponse globale qui prendrait en compte l’intégralité des difficultés subies par la filière selon Mark Chung, président du VUT (équivalent de l’UPFI). Ce constat est partagé par les représentants des autres secteurs qui ont donc fait le choix de s’exprimer conjointement sur la question.

Dans le détail, la déclaration demande au gouvernement de débloquer des aides non remboursables qui se ventilent ainsi :

  • 37 millions d’euros pour les musiciens ; 
  • 44 millions pour les clubs et petits festivals ; 
  • 365 millions pour les producteurs de spectacle, tourneurs et agents d’artistes ; 
  • 45 millions pour les grands festivals ;
  • 21 millions pour les auteurs ; 
  • 15 millions pour les éditeurs ;
  • 25 millions pour le secteur phono (incl. recorded artists) ;
  • 30 millions pour celui du commerce d’instruments.

Le montant total atteindrait 582 millions d’euros.

La filière musicale allemande emploie 130 000 indépendants et salariés et génère un chiffre d’affaires de 11,1 milliards d’euros par an. « Au-delà de l’aspect économique, l’industrie de la musique est essentielle pour la cohésion de la société et apportera une contribution importante sur le chemin du retour à la normalité » selon le communiqué signé par 10 piliers de la filière musicale allemande.

Les signataires  du CP sont :
BDKV (équivalent PRODISS)
BVMI  (équivalent SNEP)
BV POP – Association fédérale de la musique populaire
DMV (équivalent CSDEM)
EVVC – Association européenne des centres d’événements e.V.
GEMA  (équivalent SACEM)
GVL  (équivalent SPRE)
LIVEKOMM (équivalent FEDELIMA)
SOMM – Society Of Music Merchants e. V.
VUT (équivalent UPFI)

Une liste détaillée des besoins financiers des acteurs concernés est disponible à l’adresse
https://bit.ly/3dkMhhn

Le rapport détaillé sur les pertes prévisionnelles filière daté du 25 mars 2020 est disponible à l’adresse https://bit.ly/3dloYUI