18/03/2020 | Le Bureau Export Paris

USA | Une cour d’appel en Californie juge Led Zeppelin non coupable de plagiat

Une cour d’appel en Californie a conclu que le titre Stairway To Heaven du groupe de rock britannique Led Zeppelin n’était pas un plagiat de l’instrumental Taurus, composé par feu Randy Wolfe du groupe Spirit.

Le tribunal composé de 11 juges a confirmé la décision de 2016 du tribunal de San Francisco, qui avait jugé que Jimmy Page et Robert Plant, les compositeurs de Stairway to Heaven, sorti en 1971, étaient non coupables d’avoir copié Taurus, écrit par Wolfe, connu sous le nom de Randy California, et enregistré en 1968 par Spirit.

L’exécuteur testamentaire de Wolfe, Michael Skidmore, représenté par l’avocat Francis Malofiy, a affirmé lors du procès que l’introduction de Stairway To Heaven était une copie à l’identique de Taurus.

Malofiy avait cité comme circonstance aggravante le fait que Led Zeppelin avait fait une tournée avec Spirit en 1969, et donc que Page et Plant étaient au courant de la chanson. Les avocats des britanniques ont pour leur part indiqué que les deux chansons partageaient une progression d’accords et une échelle chromatique descendante que l’on pouvait également trouver dans des compositions datant de 300 ans.

En 2018, une première cour d’appel avait ordonné un nouveau procès, au motif que le jury n’avait pas reçu d’instructions appropriées, en particulier qu’il aurait dû avoir le droit d’écouter les enregistrements des chansons et de ne pas fonder sa décision uniquement sur l’analyse de la composition enregistrée en 1967 par Wolfe au Copyright Office, le Bureau Américain du droit d’auteur.

À la suite des appels interjetés par les deux parties, la Cour d’appel de San Francisco a décidé de réentendre l’affaire, cette fois non pas devant un jury mais devant un panel de 11 juges. La cour d’appel a statué qu’en vertu de la loi de 1909 sur le droit d’auteur, la base de la décision juridique sur le plagiat ne pouvait reposer que sur la composition musicale telle que transcrite dans la version de Taurus déposée auprès du Copyright Office.

La cour d’appel a déclaré que « ce n’était pas une erreur du tribunal d’avoir rejeté la demande du plaignant de diffuser des enregistrements sonores de la performance de Taurus.« 

« Le tribunal s’est trompé« , a déclaré Malofiy dans une interview au New York Times. « Led Zeppelin peut s’estimer heureux d’avoir gagné sur un plan technique, mais cela ne signifie pas qu’il a gagné sur le fond. Quiconque a entendu les deux chansons en cause sait que c’est une copie flagrante.« 

En revanche, Charley Londoño, avocat spécialisé dans le droit d’auteur basé à Los Angeles, considère que l’affaire Stairway to Heaven « a été jugée correctement. » Pour Londoño, il était correct de baser la décision sur le plagiat à partir de la version de la partition déposée au Copyright Office, ajoutant que « lorsque vous avez une pièce d’époque baroque qui ressemble à Stairway et Taurus, c’est bon pour Zeppelin.«