04/07/2019 | Le Bureau Export Paris

UK | Jenny Beth et Johnny Hostile composent « Let It Out » qui accompagne le documentaire « XY Chelsea »

La leader du groupe Savages, Jehnny Beth et le producteur Johnny Hostile ont composé et interprété le titre « Let It Out » pour le documentaire XY Chelsea de Tim Travers Hawkins. Cette collaboration a attiré l’attention des médias internationaux : tour d’horizon. 

Le nouveau documentaire de Tim Travers Hawkins sur Chelsea Manning est sorti au Tribeca Film Festival (US) le 1er mai dernier. Chelsea Manning est une activiste transgenre et ancienne membre de l’armée américaine. Elle a été condamnée à 35 ans de prison après avoir divulgué des informations confidentielles concernant les guerres en Afghanistan et en Iraq.

Pour accompagner ce travail cinématographique, la chanteuse du groupe de post-punk londonien Savages, Jehnny Beth, et son producteur et conjoint Johnny Hostile ont composé et interprété la chanson « Let It Out » (Pop Noire), un morceau synthpop aux influences gothiques.
D’après la chanteuse, cette chanson représente les pensées de Chelsea lorsqu’elle décide de ne plus se cacher. C’est un grand moment qui encourage chacun et chacune à dépasser sa peur pour s’accepter, malgré le regards des autres.

Fort de sa qualité artistique, cette collaboration inédite de Jehnny Beth et Johnny Hostile a eu de fortes rétombées médiatiques à l’international, notamment au UK (HUCK, NME, Rolling Stone, Mxdwn…), auxUSA (Pitchfork, Brooklyn Vegan, The four oh five, Celebrity Slammer…), en Allemagne (Musik Blog, Entertainment News, HHV), en Italie (Indie Rock), au Mexique (Sopitas, Velv Magazine, Indie Space, My Blog Cliché), en Finlande (Paivan Biisit) et en Australie (ABC). 

Quelques extraits des critiques :

“It’s always fascinating to hear about the new ways Jehnny Beth and Johnny Hostile are moving” ; “I love this piece »

Mary Anne Hobbs, BBC 6

 

“Something very special” 

John Kennedy, Radio X

 

“…for the soundtrack, the French pair beautifully capture the anxiety, loneliness and confusion as Chelsea attempts to make a new life for herself after leaving prison, while the drone sounds that evoke the Iraq War remind us that this is a conflict she may never get past.” 

Jeremy Allen, Huck Magazine