19/07/2019 | Le Bureau Export Paris

Inde | La musique de film domine la consommation de musique au pays de Bollywood

En Inde, malgré un dynamisme de la production indépendante, les musiques de film constituent encore 80% de la consommation musicale. 

L’Inde est connu pour sa production cinématographique et l’industrie musicale en tire largement profit. Le média indien Firstpost a publié un article faisant suite à la Music Inc 2019 qui s’est tenue en juin dernier. La convention avait pour thème « Music at the Intersections ». Parmi les panels, plusieurs chiffres concernant la musique et le cinéma ont été révélés.

Ainsi, Neeraj Roy, directeur de Hungama (entreprise de médias ayant également une plateforme de streaming), a annoncé que 80% de la musique consommée en Inde est de la musique de film. Sur la plateforme Hungama, Neeraj Roy relatait que la musique en langue Hindi représente 52% des écoutes, celle en langues régionales 32% et celle en anglais seulement 13%. Amarjit Singh Batra, directeur général de Spotify Inde, a confirmé cette tendance en expliquant que l’Inde produisait chaque année plus de 1500 films et que la musique issue de ces derniers représente 80% des revenus de l’industrie musicale en Inde. La majorité des revenus est générée par les bandes originales de Bollywood (cinéma musical basé à Mumbai dont les films sont réalisés en hindi) et le bénéfice apporté par des films en tamoul et en télougou occupe également une part importante.

Néanmoins, les plateformes de streaming audio constatent que les utilisateurs écoutent de plus en plus de chansons indiennes qui ne proviennent pas du cinéma et que les titres internationaux sont plus appréciés qu’auparavant. Cette tendance représente, d’après Mandar Thakur, directeur d’exploitation de Times Music, une convergence progressive des logiques de l’industrie musicale indienne vers celles de l’occident dont les artistes musicaux sont la force motrice.

En outre, les musiques régionales, au-delà de la scène punjabie en essor, jouent un rôle important dans la croissance de l’industrie et continueront certainement à jouer dans les avenir un rôle majeur dans la croissance de cette industrie. Neeraj Roy, PDG de Hungama, estime que la part de marché des musiques régionales passera de 35% à 50% dans 3 ou 4 ans car les prochains 250 millions de consommateurs de musique viendront probablement du centre du pays au lieu des vingt plus grandes villes comme c’est actuellement le cas.

Les Indiens n’écoutent pas assez de musique sur les plateformes de streaming

Selon un sondage conduit par The India Music Industry et Deloitte, les Indiens passent 21,5h par semaine à écouter de la musique. C’est une durée supérieure à la moyenne mondiale, à savoir 17,8h. Pourtant, une grande partie de la consommation s’effectue via télévision et le radio et les amateurs de musique n’utilisent les services de streaming que pendant 5 ou 6 heures par mois.
Aujourd’hui au moins trois plateformes indiennes, Gaana, JioSaavn et Wynk, affirment avoir atteint le seuil des 100 millions d’utilisateurs actifs mensuels, et le nombre total d’utilisateurs actifs mensuels en Inde est estimé à 250 millions (en incluant les utilisateurs de YouTube).