24/06/2019 | Le Bureau Export São Paulo

Amérique Latine | Les revenus du marché de la musique enregistrée en Amérique Latine et au Brésil

Les revenus du secteur de la musique enregistrée augmentent de +16,8% en 2018 en Amérique Latine. La région est celle qui possède le plus fort taux de croissance au monde pour la deuxième année consécutive (+18,4% en 2017). Le Brésil est le 1er marché de la région avec une croissance de +15,4% en 2018. 

Streaming : le fer de lance du marché de la musique enregistrée en Amérique Latine

Les revenus du streaming augmentent de 39,3% en 2018 atteignant 471,6 millions de dollars, ils représentent 90% du total des ventes (digitales et physiques) en Amérique Latine et 67% des revenus totaux du marché de la musique enregistrée. Pour la troisième année consécutive, la croissance du streaming s’observe dans l’ensemble des pays d’Amérique Latine, analysés par l’IFPI.

De manière plus détaillée, en 2018 :

  • Les revenus liés aux abonnements aux plateformes de streaming augmentent de 42,3% et s’élèvent à 341,2 millions de dollars ;
  • Les revenus liés au streaming financé par la publicité augmentent de 33,1% et s’élèvent à 49,4 millions de dollars ;
  • Les revenus liés au streaming vidéo augmentent de 31,4% et s’élèvent à 81 millions de dollars.

Les droits voisins : une importante source de revenus en Amérique Latine 

Les revenus liés aux droits voisins augmentent de 0,7%. Malgré cette hausse timide, ces revenus occupent une place importante dans les revenus globaux du marché de la musique enregistrée en Amérique Latine. En Argentine, Paraguay et Uruguay, ces revenus représentent plus de 50% du chiffre d’affaires de la musique enregistrée, devant le streaming. Pour le reste des pays latino-américains analysés par l’IFPI, ces revenus sont en seconde place (à l’exception du Mexique où les revenus liés aux droits voisins sont minoritaires).

Autre digital, ventes physiques et synchronisation 

Le téléchargement, les ventes physiques et la synchronisation sont en déclin en Amérique Latine et n’occupent qu’une faible part au sein des revenus globaux du marché de la musique enregistrée : 0,4% au minimum (Paraguay) et 16,4% au maximum (Mexique). Le téléchargement observe un recul de 14,8 millions de dollars, les ventes physiques de 17,9 millions de dollars et la synchronisation de 0,3 millions de dollars.

Le Brésil : premier marché de la musique enregistrée en Amérique Latine

Le secteur de la musique enregistrée au Brésil affiche un taux de croissance de +15,4% en 2018, avec un chiffre d’affaires de 298,8 millions de dollars.

L’ensemble des catégories de revenus sont en baisse, excepté le streaming, dont la croissance est suffisante pour stimuler l’ensemble du secteur. Les revenus du streaming observent une hausse de 45,9%, atteignant 207,8 millions de dollars en 2018. Le streaming représente 94,2% des revenus des ventes (physiques et digitales) et 70% des revenus globaux du secteur de la musique enregistrée au Brésil.

Les revenus liés aux droits voisins observent en 2018 un recul de 12%, atteignant 77,4 millions de dollars. Pour autant, ils représentent 25,9% des revenus globaux du secteur de la musique enregistrée. Les autres catégories ne représentent que 4,5% des revenus du secteur : 2,8% pour « autre digital », 1,4% pour les ventes physiques et 0,3% pour la synchronisation.

Sources : IFPI Global Music Report 2019