20/05/2019 | Le Bureau Export São Paulo

Brésil | La croissance du marché brésilien de la musique

Depuis 2017, le Brésil connait une période de croissance qui le place en tête des marchés LATAM :  +17,9% en 2017 et +15,5% en 2018. Le digital, et plus particulièrement le streaming, est le fer de lance de cette croissance.

Le streaming est aujourd’hui le principal mode de consommation de musiques au Brésil, sachant qu’il ne s’est développé qu’à partir de 2013. Dès 2015, les recettes liées au digital dépassent celles des ventes physiques, qui ne cessent de décliner :

  • Recettes des ventes physiques : US$ 4,3 millions en 2018 contre US$ 87,7 millions en 2013,
  • Recettes du digital : US$ 216,2 millions en 2018 contre US$ 52,3 millions en 2013.

Selon le rapport de l’IFPI, en 2018, les revenus du digital ont augmenté de 38%, représentant 72,4% du chiffre d’affaires total de la musique enregistrée (contre 60,4% en 2017). Les recettes globales du secteur de la musique enregistrée au Brésil s’élèvent à US$ 298,8 millions.

Une transition rapide vers le digital

En 2015, 60% des ventes de Sony Music Brasil étaient physiques. En 2016, l’entreprise a externalisé toutes ses activités en rapport avec la vente physique pour faire face à la transition rapide vers le digital. Aujourd’hui, les revenus liés aux ventes physiques de Sony Music Brasil représentent moins de 1% de son chiffre d’affaires total.

iTunes est arrivé sur le marché brésilien en 2011, mais Deezer, Napster et Spotify qui ont permis un « boom » du streaming au Brésil en 2013, suivi de Tidal en 2015, d’Amazon Music Unlimited et de Youtube Music en 2018. Au vu des perspectives positives du marché, les plateformes de streaming et les opérateurs téléphoniques se sont associés pour créer des offres conjointes répondant à deux tendances de marché : l’augmentation du nombre de smartphones (en 2018, 71% de la population brésilienne possédait un smartphone) et de la consommation du streaming. 

Le marché brésilien de la musique profite largement du streaming. Celui-ci permet un accès facilité de la population brésilienne aux artistes brésiliens, dans un pays qui consomme majoritairement de la musique locale. Il permet également aux artistes brésiliens de toucher un marché intérieur de grande ampleur et de s’exporter en Amérique Latine, en Amérique du Nord et en Europe.