19/03/2018 | Le Bureau Export Berlin

Suisse | Bilan 2017 : le marché de la musique enregistrée en hausse de 4%

La musique enregistrée suisse progresse en 2017 pour la deuxième année consécutive : les près de 40 labels suisses reliés à l’IFPI suisse, ont réalisé un chiffre d’affaires total de 88,1 millions de francs suisses (environ 75,4 millions d’euros), soit une hausse de 4% par rapport à l’année précédente selon l’IFPI suisse. L’année dernière, le marché musical suisse avait enregistré une hausse de 1% après 15 années de baisse consécutives ponctuées par de fortes chutes à deux chiffres.

 

Le streaming et les revenus CD sont presque à égalité : les parts de marché des différents formats de musique enregistrée en Suisse en 2017. Vision globale.                                               (Image : IFPI Suisse)

 

La relance du marché s’explique en grande partie par la progression du streaming et malgré le téléchargement et les supports physiques qui continuent de reculer. L’audio et la vidéo streaming grimpent de 50% atteignant une part de marché totale de 39%, soit 34,4 millions de francs suisses. Le download baisse de 17% générant 18,1 millions de francs suisses, mais le digital augmente de 18%, atteignant 52,5 millions de francs suisses. Environ 60% des recettes des labels suisses proviennent du marché digital et le streaming à lui seul vaut presque autant que le marché physique.

Ivo Sacchi, le président de l’IFPI Suisse et Managing Director de Universal Music Suisse a souligné l’importance de la vitesse à laquelle le marché digital décolle. “Il y a 5 ans, en 2012, le streaming générait un chiffre d’affaires très bas, en 2017 il a généré autant que le download en sa meilleure année (2012).

 

La reprise : après 15 années consécutives de baisse, le marché de la musique suisse présente depuis maintenant deux années des résultats positifs.                                                            (Image: IFPI Suisse)

 

Les recettes des CD et autres supports physiques chutent de 11% en 2017 et atteignent 35,6 millions de francs, soit 40% du marché total. “Cette baisse du chiffre d’affaires était prévisible et correspond à la tendance générale de l’augmentation de la consommation de musique sur internet au détriment du CD.” Telles sont les réactions à Zurich, où il est tout de même souligné que le CD reste imposant dans le marché de la musique.

Les recettes des ventes de vinyles augmentent de 10% et s’élèvent à 4,1 millions de francs suisses, pour 4,7% du marché total. Soit juste devant les revenus des labels issus des streams financés par « la publicité des chaînes Youtube” qui sont toujours à la traîne, comme le souligne l’IFPI suisse. Certes, les recettes de l’année 2017 dans ce domaine montrent une progression de 125%, et ont plus que doublé, mais avec un chiffre d’affaires de 4 millions de francs suisses et une part de marché de 4,6%, ces gains restent derrière ceux des vinyles. Face à la haute fréquentation sur Youtube et Vevo, “ce chiffre d’affaires est étonnamment faible” a déclaré Lorez Haas, le patron de la filière IFPI Suisse. Haas souligne également qu’il faut observer cette situation et commencer à réfléchir à un autre cadre juridique en Suisse si ce problème de “value gap” persiste.